Arcadia : les bénéfices du propriétaire de Topshop et Burton s'effondrent

Le géant britannique Arcadia, qui contrôle notamment les marques Topshop, Burton et Dorothy Perkins, a annoncé ce mardi des bénéfices annuels en chute libre de 42 %. Son propriétaire Philip Green évoque la rude concurrence au Royaume-Uni.


Collection automne-hiver 2018 de Burton - Arcadia

Le bénéfice opérationnel récurrent de Taveta Investments Limited, la holding de Philip Green qui contrôle Arcadia, a atteint 124,1 millions de livres sterling (141,6 millions d'euros) au cours de l'exercice clos le 26 août dernier, contre 215,2 millions de livres un an plus tôt ; quant aux ventes, elles ont dévissé de 5,6 % pour atteindre 1,91 milliard de livres (2,2 milliards d'euros).

Dans la galaxie d'Arcadia gravitent les marques Topshop, Topman, Wallis, Miss Selfridge, Dorothy Perkins, Evans, Burton et Outfit. L'année en question a été particulièrement difficile pour la marque Topshop, qui a fait faillite en Australie et a dû conclure un accord de sauvetage avec un tiers, et s'est retirée du marché espagnol.

Mais c'est surtout le marché national de l'entreprise, le Royaume-Uni, qui a posé le plus de soucis - même s'il est compliqué de déterminer, à l'aune des résultats publiés, quelles filiales ont connu le plus de difficultés. Taveta/Arcadia est une entreprise privée, et n'est donc pas légalement tenue de dévoiler ses résultats en détail.

Ce qu'on sait, c'est que l'entreprise ferme des magasins et que sa marque phare, Topshop, est concernée par ces fermetures, et souffre donc également des difficultés rencontrées par le secteur de la vente au détail britannique.

« L'environnement reste extrêmement compétitif et difficile, avance Ian Grabiner, PDG de Taveta. Mais si nous avons enregistré des ventes et des bénéfices décevants, nous continuons à générer beaucoup d'argent, et nous avons atteint un solde de trésorerie positif à la fin de l'exercice : 157,2 millions de livres ».

Atteindre l'équilibre se révèle en effet vital : beaucoup d'entreprises de vente au détail pourtant viables sur le papier ont fait faillite en raison de problèmes de trésorerie. L'entreprise a donc toujours de l'argent à investir pour s'assurer une croissance future. Au cours de l'exercice, elle a investi 214,9 millions de livres (245,2 millions d'euros), contre 97,8 millions de livres un an auparavant.

Selon Ian Grabiner, l'entreprise prévoit d'investir encore 81,5 millions de livres cette année. Arcadia construit actuellement sur un nouveau centre de distribution de pointe, étendu sur près de 100 000 mètres carrés, qui devrait ouvrir l'an prochain à Daventry en Angleterre.

Traduit par Paul Kaplan

© Thomson Reuters 2018 All rights reserved.

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversBusiness