Emma François (Sessùn) : "Une deuxième vie pour la marque"

Fondatrice, créatrice et actionnaire majoritaire de Sessùn, Emma François a cédé 43 % du capital en juin dernier à la jeune société d’investissement fondée par Frédéric Biousse, Emmanuel Pradère et Elie Kouby en 2016, Experienced Capital Partners. Une nouvelle étape pour la griffe féminine marseillaise, qui affiche de belles ambitions. Elle réalisait au moment de la prise de participation un chiffre d'affaires de 20 millions d’euros, qui a depuis encore progressé via sa douzaine de boutiques et ses 800 revendeurs dans le monde. Car le nouvel actionnaire doit permettre à la marque d’actionner de nouveaux développements, comme l’a détaillé Emma François à FashionNetwork.com.


Emma François - Sessùn

FashionNetwork.com : Que s’est-il passé pour Sessùn depuis juin et l’arrivée à bord d’Experienced Capital ?

Emma François :
Une très bonne impulsion ! Après vingt ans d’activité, peut-être que l’on s’endormait un peu quelque part… La rencontre avec les fondateurs d’Experienced Capital a vraiment eu un effet positif, je crois. Cela a déclenché de nouveaux projets, permis de mettre en action d’autres qu’on avait déjà en tête et qui se concrétisent grâce à ce nouveau dynamisme. Ils nous ont également permis de mettre en place de nouveaux process nécessaires pour l’entreprise. Disons que j’étais seule, et que je le suis moins aujourd’hui ! Tout en me laissant une grande liberté, ils interviennent un peu comme des conseillers finalement, et évidemment des boosters en même temps vu l’investissement !
 
FNW  : Au moment de l’entrée au capital, le développement retail de la marque était annoncé comme la priorité, comment celui-ci a-t-il avancé depuis ?

EF :
Nous avons pris un tout petit peu de retard sur le démarrage de cette expansion, parce que nous voulons continuer à prendre le temps de la réflexion, ce qu’on a toujours fait. Mais nous avons déjà ouvert Nice en propre avant Noël, Gand avec notre partenaire belge au même moment, et nous allons avoir deux nouvelles boutiques à Lyon et Nantes au premier trimestre normalement ! Nous continuons à fonctionner au coup de cœur, on ne changera pas de philosophie, on s’obstine avec nos toutes petites boutiques pas standards (rires). Le développement retail accélère aussi, en même temps, côté corners en grands magasins. Nous en avons une dizaine, allons en ouvrir autant cette année, mais surtout tous basculent sous un format concession, ce qui est nouveau pour nous. C’est un challenge, notamment logistique ! Mais c’est positif ces nouveaux challenges, d’autant que l’arrivée d’Experienced Capital nous aide à nous structurer pour, tout en gardant l’enthousiasme qui est le nôtre. C’est vraiment une deuxième vie ! Sentir que l’on croit en nous est vraiment bon !
 
FNW : Quelle est la politique wholesale, compte tenu de la nouvelle priorité donnée au retail ?
 
EF :
Evidemment que le retail est au cœur du développement, mais nous avons aussi une nouvelle attention particulière pour le wholesale. On cherche à le renforcer, à le travailler mieux, pas du tout à l’arrêter ! Nous voulons non seulement rester proches des multimarques, mais aussi approfondir la relation avec les plus fidèles et les plus dynamiques d’entre eux. Il y en a encore des très dynamiques, des gens très présents qui sont clients aussi des capsules, des pré-collections… Certes, il y a eu un ralentissement sur ce canal. Il y a un an ou deux on s’est clairement fait du souci et posé des questions sur son avenir. Mais le multimarque est très important dans le paysage mode, pour sa pluralité. Il enrichit l’offre ! Aujourd’hui il y en a qui survivent, et même certains qui font mieux que survivre.
 
FNW : Combien comptez-vous de partenaires multimarques ?

EF :
180 rien que pour la France. Et parmi ceux-là, il y a une douzaine de points de vente qu’on envisage avec un nouveau statut, des partenaires de longue date avec qui on a voulu encore resserrer les liens. On pense qu’on peut aller plus loin avec eux, avec ceux qui nous suivent dans un nouveau rythme imprimé par les capsules, les pré-collections. Il faut savoir qu’il y a seulement 10 % des clients wholesale qui commandent des pré-collections, ce n’est rien, alors que ce sont les collections les plus dynamiques chez nous !
 
La suite de l’interview, évoquant notamment les objectifs de croissance, la structuration de l’entreprise ou encore le nouveau projet développement durable de la marque est à découvrir dans notre version Premium.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusiness