Fendi et la Galerie Borghèse créent un centre d'études sur le Caravage à Rome

Rome, 13 sept 2017 (AFP) - Le musée de la Galerie Borghèse et la maison de luxe Fendi ont annoncé mercredi à Rome la création d'un centre d'études et de recherche consacré au Caravage, en particulier pour lutter contre l'attribution erronée d'oeuvres au célèbre peintre italien.

Rome : la Galerie Borghèse et Fendi créent un centre d'études sur le Caravage - © AFP/Archives / VINCENZO PINTO

« Depuis que les grands spécialistes du Caravage ne sont plus là, tout le monde peut décider d'attribuer une oeuvre à l'artiste », a expliqué la directrice de la Galerie Borghèse, Anna Coliva, lors d'une conférence de presse, en rappelant que le cas s'était produit à plusieurs reprises ces dernières années.

Dernier exemple en date, celui d'un tableau retrouvé en 2014 dans un grenier près de Toulouse, dans le sud de la France, dont certains experts assurent qu'il est un authentique Caravage (1571-1610) tandis que d'autres disent qu'il s'agit d'une copie.

C'est pour tenter d'éviter ce genre de polémiques sur le maître du clair-obscur qu'a été créé le Caravaggio Research Institute, « dont le modèle pourra être appliqué à d'autres structures », a souligné Anna Coliva.

Le centre a vocation à devenir la « référence mondiale » en matière de recherche sur le Caravage et les progrès réalisés dans les études seront diffusés sur une plateforme en ligne qui constituera la plus importante banque de données consacrée au peintre lombard, ont assuré ses promoteurs.

Pour faire connaître leur projet, Fendi et la Galerie Borghèse ont également conçu un programme d'expositions consacrées à l'artiste qui seront, dans les trois prochaines années, accueillies dans plusieurs grands musées du monde.

Première étape de ce parcours, le Getty Museum de Los Angeles qui exposera à partir du 21 novembre trois oeuvres du Caravage prêtées par la Galerie Borghèse.

Le partenariat entre Fendi et la Galerie Borghèse avait été prévu « sur le ton de la plaisanterie, ou presque, par Dario Franceschini - le ministre italien de la Culture - qui avait invité Fendi à "adopter" un musée », a raconté Pietro Beccari, président de Fendi, filiale du groupe de luxe français LVMH.

Le dirigeant a rappelé que l'enseigne s'était fortement impliquée dans le domaine de la culture ces dernières années, citant l'exposition « Matrice » du sculpteur Penone (organisée au siège romain de la marque), le soutien au pavillon italien de la dernière Biennale d'art de Venise ou le financement de la restauration de la Fontaine de Trevi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2017 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - DiversCréation