Best of Haute Couture : 33 défilés, des personnalités et des mises en scènes époustouflantes !

Paris a vibré au rythme de la haute couture. 33 défilés en 4 jours. Les flashs ont crépité aux abords des défilés pour photographier l’arrivée des personnalités et sur le podium pour capturer les plus beaux passages et silhouettes. Dior a ouvert les festivités et la machine à rêver. Sous la traditionnelle tente dressée dans les jardins du musée Rodin, Maria Grazia Chiuri nous plonge dans le surréalisme avec des robes cinétiques et hypnotisantes et une ambiance qui s’est prolongée jusqu’au bout de la nuit autour d’un bal masqué.Le surréalisme est également la clé de voute de la maison Schiaparelli, on retrouve donc les codes chers à sa fondatrice mais cette fois-ci, Bertrand Guyon nous entraîne dans des contrées plus lointaines : l’Afrique ! Veste en raphia et marqueterie de lézard et python donnent des envies d’exotisme.Chanel nous a invité dans un jardin à la française, érigé sous la grande verrière du Grand Palais et a fait défiler des petites robes printanières, renouvelant à l’infini le tweed, et mettant en exergue le savoir-faire des ateliers… et une mariée en pantalon, précédée d’un petit page des plus tendres !C’est également un enfant, qui du haut de ses 3 ans a fait fondre l’assemblée déjà toute acquise à Jean-Paul Gaultier. Un duo mère fille des plus attendrissants. Un défilé fort en émotion avec un hommage à Pierre Cardin, présent dans la salle, chez qui Jean-Paul a fait ses premiers pas à l’âge de 18 ans. Un premier rang de choix avec amis fidèles et personnalités internationales. Sur scène une mode pétillante et créative.Autre moment suspendu, la collection Givenchy, la première collection couture signée par Clare Waight Keller, présentée dans la pénombre des salons de l’hôtel des Archives nationales. Une couture à la fois sensuelle et radicale, délicate et structurée, s’appuyant sur le passé pour réinventer une nouvelle couture, qui s’adresse à tous même à l’homme ! Une couture qui revisite ses classiques. C’est également le fil conducteur de la dernière collection Valentino conçue par Pierpaolo Piccioli, avec une ode aux couleurs et aux volumes généreux. Une leçon de mode adoubée par Monsieur Valentino et Donatella Versace, assis au premier rang.Vision plus sexy mais tout aussi désirable celle d’Alexandre Vauthier, qui insuffle une énergie positive très contagieuse… avec un casting qui en met plein la vue ! Une saison qui se termine et une couture qui a fait rayonner une fois de plus Paris avec des collections d’une grande virtuosité !Musique libre de droit : Bandit & Nikit

Copyright : Paris Modes Productions