×
Publié le
8 mai 2011
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Aeroville-Roissy: un centre d'exception pour un site unique

Publié le
8 mai 2011

Après le centre commercial Le Millénaire piloté par Klépierre-Ségécé et Icade à Aubervilliers, la pose de la première pierre d'un centre Altarea-Cogedim et Orion à Villeneuve La Garenne, c'est Unibail Rodamco qui dévoilait vendredi dernier 6 mai son projet de centre commercial Aéroville prévu pour l'automne 2013 sur la zone aéroportuaire de Roissy-Charles de Gaulle (à coté de l’hôtel Hyatt), avec des travaux qui débutent dans un mois et demi environ.


Une architecture signée Philippe Chiambaretta


En fait, le projet n'est pas une nouveauté. C'est en 2005 que le promoteur a décroché ce centre sur un concept architectural élaboré par Christian de Portzamparc. Seulement, à l'approche des années 2010, Unibail Rodamco a choisi de revoir complètement sa copie pour mieux correspondre, dit-il, aux standards actuels.
Le nouveau projet Aéroville est l’oeuve de Philippe Chiambaretta (agence PCA), ancien collaborateur de Ricardo Boffil. Unibail Rodamco a été fidèle à l’agence de design global Saguez & Partners pour le design d’intérieur. Pour Guillaume Poitrinal, président du directoire d’Unibail-Rodamco, le centre devait intégrer les évolutions de la distribution et, au mieux, être à “l’avant-garde des métamorphoses” ”En 2005, on ne parlait pas du e-commerce, souligne-t-il. Et même, il y a trois ou quatre ans, on ne pensait pas que ce système de vente prendrait autant d’importance dans l’équipement de la personne par exemple à l’image des voyages, ou des livres et disques. Il y a aussi une autre évolution. Celle en matière de locomotive dans les centres commerciaux”. Pour le président du directoire d’Unibail-Rodamco, un centre commercial aujourd’hui, face à internet, doit développer la polysensorialité, l’idée de plaisir. ”C’est un lieu où on va toucher à la différence du commerce virtuel”, affirme-t-il.
Le projet a comme particularité de présenter l’offre commerciale sur un seul niveau. Ce qui est exceptionnel pour un centre de 80 000 m2. La très grande majorité des parkings (4000 au total) sont enterrés même si quelques places se retrouvent sur le toit. Le centre lui-même se découpe à l’image d’un coeur de ville avec de larges baies vitrées “tournées vers le ciel à l’image des passerelles d’aéroports”, souligne le promoteur. Pour l’organisation du merchandising des enseignes, les concepteurs ont déterminé plusieurs univers à partir de la thématique de l’évasion et du voyage: Nordic Chic, Tokyo Mix, Tropical Design, Bali Market et Africa Lodge. A charge pour les merchandisers du centre de faire entrer les enseignes dans ces cases pour assurer la cohérence.
Au global, ce sont 200 commerces, 25 restaurants, des crèches, des services médicaux qui sont attendus. Auchan y ouvrira une surface de “seulement” 5000 m2, qui sera équipée d’un Drive. La conception même des cellules commerciales veut permettre le déploiement de flagships. Les façades vont jusqu’à 6m de haut et parfois même 8m. Selon Michel Dessolain, directeur général de la stratégie d’Unibail-Rodamco, Aéroville devrait attirer les plus grandes enseignes internationales “au concept innovant et à la forte capacité d’attraction et de rayonnement”.


Un centre synonyme de plaisir


L’objectif il est vrai est ambitieux. Unibail-Rodamco vise un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros pour 15 millions de visiteurs à terme. Selon les initiateurs du projet, Aéroville dispose d’une zone de chalandise de 1,8 million de personnes. Déjà évidemment les 100 000 employés de la plate-forme de Roissy-Charles de Gaulle, “le deuxième site d’emplois en Ile de France après La Défense", souligne Michel Dessolain. Mais aussi l’ensemble des habitants du nord de Paris, notamment la population aisée de Chantilly, Senlis et Compiègne. “Senlis est à 13mn,” relève Michel Dessolain. Celui-ci évoque aussi les touristes et autres passagers de l’aéroport, surtout en transit, qui bénéficieront de navettes. “Roissy compte 6000 nuitées chaque jour”,relève-t-il. Aujourd’hui, il n’est pas officiellement prévu d’ouverture le dimanche. Sujet trop politique et polémique. Mais Unibail Rodamco souligne toutefois qu’il étudiera la question avec les enseignes. Comme les ouvertures tardives le soir.
Outre son nom et son architecture, Aéroville entend bien être en symbiose avec son environnement aéroportuaire. Le futur centre sera installé d’ailleurs sur 10ha appartenant à Aéroports de Paris, à qui sera donc versé un loyer. Seul coût annoncé: un investissement de 270 millions d’euros pour les travaux. Unibail Rodamco espère aussi obtenir pour cet équipement la certification BREEAM au niveau “very good” voire “excellent”, avec aussi 100% de baux verts.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com