Chanel : la filiale Paraffection remporte le Grand Prix du Rayonnement Français

Une filiale de Chanel, un chef étoilé, une étoile de ballet et l’entraîneur de l’équipe de France championne du monde. Chacun d’entre eux s’est vu décerner mardi un prix, celui du Rayonnement Français.


Bruno Pavlovsky, président des départements mode et accessoires chez Chanel - Photo: FashionNetwork.com/Godfrey Deeny

Bruno Pavlovsky, le président des départements mode et accessoires chez Chanel, a accepté le Grand Prix de l’influence économique au nom de la filiale de la maison Paraffection. Sous ce nom sont rassemblés une douzaine de fournisseurs du secteur du luxe, principalement français, qui disposent de compétences uniques et indispensables aux industries de la mode et de la haute couture.
 
« C’est un grand honneur pour moi d’accepter ce prix au nom de Paraffection. C’est la preuve que nos métiers et nos artisans peuvent participer au rayonnement de la France. Le savoir-faire au service de la création », a résumé Bruno Pavlovsky en recevant l’une des dix colonnes de verre lors de la cérémonie. Celle-ci s’est tenue au Quai d’Orsay, le siège du ministère des Affaires étrangères, et de nombreux ambassadeurs étrangers, plusieurs sénateurs et députés ainsi qu'Anna Wintour y ont notamment assisté.
 
Bruno Pavlovsky est aussi le président de Paraffection, créée en 1985 dans le but de préserver des compétences très spécialisées dans l’artisanat de luxe comme la chapellerie, la ganterie, le plissage, la plumasserie, les perles et la broderie, entre autres. Chanel bien sûr, mais aussi d'autres maisons de luxe utilisent les services de ces fournisseurs, et la maison française tente ainsi de se protéger de leur possible disparition.
 
Aujourd’hui, aucune des collections imaginées par le directeur artistique Karl Lagerfeld ne verrait le jour sans les compétences des petites mains des maisons de Paraffection, parmi lesquelles on trouve des marques comme Lemarié, Massaro, Montex, Guillet et Cause.
 
Le Rayonnement Français est un concept très… français, basé sur l’idée que la France doit exporter et faire connaître son sens de la création et sa beauté, son élégance, son panache et ses compétences dans le reste du globe. Une sorte de mission de diffusion de la culture et de l’art de vivre à la française vers presque tous les autres pays du monde. La dernière Fashion Week de Paris, rayonnant d’idées et de beauté, a sûrement œuvré en ce sens.
 
Parmi les autres lauréats du prix, on retrouve Guy Savoy, le chef de La Monnaie de Paris, en tête du classement culinaire de La Liste pour la deuxième année consécutive, et Didier Deschamps et son équipe, qui ont raflé le Prix Spécial du Jury en reconnaissance de la victoire de la France lors de la Coupe du monde de cet été. C’est le ministre des Affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui le leur a remis.
 
« La France voudrait vous remercier pour ce que vous avez accompli ! Et pour avoir battu un record que vous ne connaissez peut-être pas. Votre finale a été vue par 56 millions de Chinois, 21 millions d’Allemands et 11 millions d’Italiens. En termes de rayonnement français, ça va être difficile de faire mieux », a conclu Jean-Yves Le Drian, déclenchant rires et applaudissements. En réponse, Didier Deschamps a modestement déclaré : « Je pense que le football a aussi un rôle d’éducation et l’image que notre équipe a présentée durant la compétition était tout aussi importante que son succès sportif ».

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - DiversIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER