×
Publié le
18 oct. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Christian Louboutin : "Je cherchais un regard nouveau, bienveillant et fraternel"

Publié le
18 oct. 2021

En mars dernier, Exor, la holding de la famille Agnelli, a pris une participation de 24% au capital de Christian Louboutin pour 541 millions d'euros. FashionNetwork.com fait le point sur cette opération avec le célèbre créateur de souliers, rencontré au Festival international de Hyères, où il présidait le jury des accessoires de mode. L’occasion pour Christian Louboutin de dévoiler ses projets, dont le lancement l’an prochain d’un hôtel au Portugal.


Christian Louboutin - ph Kate Martin


 
FashionNetwork.com : Pourquoi avoir ouvert votre capital à un investisseur extérieur tel Exor?

Christian Louboutin :
Avant de travailler à mon exposition L'Exhibition[niste], organisée l’an dernier au Palais de la Porte Dorée, je me suis interrogé sur la manière dont j’avais géré mon entreprise jusqu’ici et j’ai eu envie de changer. J’ai pensé que ce serait intéressant d’avoir un autre regard avec des gens extérieurs à mon univers. Je cherchais un regard nouveau, bienveillant et fraternel, mais pas celui paternaliste de ceux qui vous disent ce qu’il faut faire. Le groupe Exor, avec ses connaissances techniques dans divers domaines, comme la Chine, répondait idéalement à ces critères.

FNW : Comment s’est concrétisée l’opération?

CL :
J’ai créé ma maison en 1991 avec deux amis et associés, Bruno Chambelland et Henri Seydoux. Ce dernier s'est retiré et a vendu ses parts à Exor, faisant ainsi entrer dans l'entreprise un investisseur actif. Pour ma part, je garde la majorité de la société.

FNW : Qu’est-ce qui a changé avec l’arrivée de cet investisseur?

CL :
Il n’y a eu aucun changement au niveau managérial ou de l’organisation. Rien n’a changé hormis les meetings qui me permettent de m’exprimer et d’être clair. Nous travaillons ensemble, c’est intéressant. Ils apportent leur expertise. Ils connaissent très bien l’univers digital, par exemple. Cela me permet de faire un ping-pong avec des gens qui ont une vision très large du monde.

FNW : Pouvez-vous nous parler de votre projet d’hôtel?

CL :
En fait, c’est un projet personnel. Ce ne sera pas l’hôtel Louboutin! J’ai acheté il y a quelque temps une maison au bord de mer à Melides, dans le sud du Portugal, qui tombait un peu en ruine. Nous l’avons complètement reconstruite et transformée en un petit hôtel avec un restaurant. Il ouvrira l’été prochain. Je travaille notamment avec des céramistes locaux. C’est très nourrissant. Cette technique de la céramique avec le manganèse qui produit toutes sortes de pigments va certainement passer dans mes chaussures.

FNW : Quels sont vos autres projets?

CL :
Je vais me concentrer surtout sur l’exposition, qui va tourner et s’enrichir à travers des collaborations avec les artistes dans les pays où elle va aller. L’an prochain, elle sera en juillet et août à Monaco. Elle va aller aussi aux Etats-Unis et en Chine. Je veux m’occuper vraiment de l’exposition, j’en suis très fier.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com