×
Publié le
25 mars 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Etablissements Bonnet, le nettoyage 2.0 des vieilles pièces en cuir

Publié le
25 mars 2022

L’économie circulaire n'est pas uniquement liée au marché de l’occasion. La montée en puissance du développement durable a engendré toutes sortes de business à travers la création d’entreprises dans les domaines les plus divers. En particulier, les professionnels de la réparation connaissent un nouveau souffle, comme en témoignent les Etablissements Bonnet, des experts du nettoyage du cuir.


Les Etablissements Bonnet redonnent vie aux vieilles pièces en cuir - © Ronan Merot


A l’origine de l’aventure, Sandy Bontout, qui affiche une expérience de plus de vingt ans dans le luxe. De retour à Paris après douze ans à l’étranger, cette ex-acheteuse commence à voir la mode d’un autre œil. "Lorsqu’on est à l’intérieur du système, on se rend vraiment compte des dégâts de la surconsommation et l’on se demande si tout cela a un sens. J’ai compris que l’on pouvait agir pour pousser les gens à acheter mieux et à conserver leurs produits plus longtemps, en leur donnant la possibilité de redonner vie à des vêtements ou accessoires abandonnés au fond d’une armoire car tâchés ou vieillis", raconte celle qui enseigne aujourd'hui le marketing à l'International Fashion Academy (IFA Paris).
 
Elle s’associe avec son cousin Olivier Bonnet, qui poursuit l’activité familiale de nettoyage du cuir initiée en 1981 par son père Gérard, via l’atelier Idéal Daim implanté à Chelles, en Seine-et-Marne, jusque-là prestataire pour les pressings. Un savoir-faire reconnu dans le secteur.

Ensemble, ils créent la société Bontout & Bonnet et lancent en novembre 2021 le site Etablissementsbonnet.fr, qui propose aux particuliers de remettre en état leurs pièces en cuir ou en peau usées ou abimées. Vêtements, gants, ceintures, chapeaux, petite maroquinerie, chaussures et sneakers, tout peut être rénové par la vingtaine de personnes travaillant dans l’atelier.
 
Les prix vont de 35 euros pour les pièces les plus petites, tel un porte-monnaie, à 79 euros pour un perfecto ou 165 euros pour un sac de voyage.

Le site, clair et fluide, est enrichi de conseils sur l’entretien des produits en maroquinerie et d’informations sur les différents types de peaux. L’envoi du colis est à la charge du client, tandis que le retour est gratuit. Les clients peuvent aussi se faire conseiller directement par les équipes du site en leur montrant le produit via des tchats vidéo.
 
"Nous recevons toutes sortes de commandes, pour 50% en région parisienne et pour 50% en province. Elles concernent aussi bien des pièces assez anciennes ayant une réelle valeur affective pour leurs propriétaires, en général de grandes marques comme Chanel, Dior, Louis Vuitton, Lancel, Hermès, Yves Saint Laurent, etc., que des pièces vintage destinées à la revente, ou encore des perfectos ou sacs à rénover ou nettoyer. En ce moment, on reçoit beaucoup de sacs Balenciaga ‘Classic’ des années 2000 dessinés par Nicolas Ghesquière, un modèle que la maison a revisité récemment", note Sandy Bontout.


Le sac Chanel en cuir velours rose avant et après - Etablissements Bonnet


Le site plaît à en juger par les premiers résultats, avec un chiffre d’affaires qui double de mois en mois selon l'entreprise. "C’est incroyable. Les gens sont vraiment très heureux de pouvoir récupérer à neuf des produits auxquels ils sont très attachés. Avec les nouveaux paradigmes autour d’une mode plus écologique, nous sommes arrivés au bon moment, avec un réel engagement responsable de notre part via différents partenariats", nous explique l’entrepreneuse.

Ainsi, l’atelier recycle l’eau utilisée et fait appel à un maximum de produits naturels. Les housses et les pochons sont développés par la plateforme digitale collaborative Tekyn. Ils sont produits à la demande via les Tissages de Charlieu (Loire), entreprise du patrimoine vivant, à partir de matières recyclées, par des personnes en réinsertion via la société de confection inclusive Confectio, tandis que les livraisons se font avec les colis réutilisables Hipli à travers Colissimo afin de garantir des livraisons neutres en carbone.

Par ailleurs, les Etablissements Bonnet ont noué un partenariat avec la plateforme de revente Jaiio, qui leur confie les produits à rénover. "Nous constatons que le produit de luxe a encore une valeur et du sens pour son acheteur. L’accessoire devient très important. Il y a un réel avenir sur ce segment", conclut Sandy Bontout.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com