Etro fête ses 50 ans avec un événement ouvert au public

C’est avec un événement très spécial qu’Etro a lancé samedi les célébrations pour son 50ème anniversaire. La maison fondée à Milan en 1968 par Gerolamo (Gimmo) Etro et connue pour le célèbre dessin paisley de ses précieuses étoffes a organisé dans le cadre de la Fashion Week milanaise une présentation inédite pour sa collection homme automne-hiver 2018-19, en ouvrant ses portes au grand public.


Les mannequins d'Etro ont reçu le public dans une ambiance conviviale, samedi - FashionNetwork.com/DM

Le label a transformé pour l’occasion l’ex-patinoire du Palazzo del Ghiaccio, superbe édifice liberty du début du siècle dernier où il défile habituellement, en l'immense dépôt-galerie d’une salle des ventes, truffé d’objets hétéroclites entre tapis persans, lampes vintage, meubles d’époque, canapés et fauteuils désuets, vieux jukebox, tableaux et autres statues. Le tout disséminé de caisses en bois et des gadgets les plus variés autour desquels déambulaient les mannequins, parfaitement à l’aise dans ce bric-à-brac de luxe.

Dans leur élégant costume en tweed ou en velours aux tonalités automnales, ces dandys ont accueilli le public comme s'ils recevaient dans leur propre maison, dans une ambiance bonne enfant, en se posant comme de fins connaisseurs amateurs de belles choses.

« Ce n’est pas la première fois que nous nous ouvrons au public. Par le passé, nous avons déjà organisé des défilés dans un supermarché, un train ou encore dans les rues des beaux quartiers avec des bœufs et des chevaux ! Ici, nous avons voulu nous raconter. Nous sommes une famille de collectionneurs passionnés », indique à FashionNetwork.com Kean Etro, en charge du menswear.


Trois looks Etro pour l'hiver/automne 2018-19 - FashionNetwork ph DM

« Nous avons débuté comme des éditeurs de textile, en pensant et concevant des tissus. Puis nous avons ouvert une petite boutique Via Bigli, au centre de Milan, pour y vendre nos premiers accessoires textiles, telles les cravates », raconte encore le designer.

« Lorsque j’étais jeune, on me surnommait "le styliste-tapisserie", car nous confectionnons nos vêtements avec nos tissus d’ameublement. Plus tard, les tissus de nos collections ont été utilisés pour recouvrir des tables basses. Il y a un échange constant entre la mode et le design », poursuit-il.

La ligne masculine représente aujourd’hui 30 % des ventes totales de la maison, le Japon étant l’un de ses principaux débouchés. Présente dans plus de 70 pays, Etro propose aussi, au-delà du prêt-à-porter féminin, des accessoires, une ligne de maison, des lunettes et des parfums, et compte aujourd’hui quelque 200 boutiques, le chiffre d’affaires s’établissant autour de 300 millions d’euros.


L'homme Etro reçoit cette saison dans une salle des ventes - DR

Au programme des festivités de ce cinquantième anniversaire : le défilé féminin prévu pour février, la griffe abandonnant le format co-ed mis en œuvre en septembre dernier pour revenir à un rythme traditionnel. Puis, au printemps prochain, elle organisera un événement durant le salon du meuble.

Elle a par ailleurs imaginé une tournée dans le monde, à travers plusieurs villes comme Tokyo, Séoul, New York, Londres, Moscou, Paris, où elle plantera une yourte fabriquée à partir de tapis, invitant intellectuels et personnalités diverses à venir y débattre du futur. Retour à Milan, enfin, en septembre, avec une grande exposition sur le monde Etro, organisée au musée Mudec.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversEvénements
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER