×
Publié le
4 avr. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L’e-commerçant chinois Shein pourrait lever un milliard de dollars

Publié le
4 avr. 2022

Rouleau compresseur de la mode low cost, Shein poursuit son essor et pourrait bien passer encore à la vitesse supérieure avec l’arrivée à son capital de nouveaux investisseurs. Selon Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, l’e-commerçant chinois est en discussions pour réaliser une levée de fonds s’élevant à un milliard de dollars (910 millions d’euros).


Shein


Cette opération valoriserait l’entreprise à un niveau historique de 100 milliards de dollars (contre 50 milliards de dollars selon l’évaluation émise début 2021), ajoute le média américain. Ce qui la placerait comme la troisième start-up la plus valorisée au monde, derrière ByteDance et SpaceX (selon CB Insights). Shein pèserait alors plus lourd (en termes de valorisation) que les géants Inditex et H&M réunis.

Parmi les investisseurs avec qui discuterait Shein se trouve le fonds américain General Atlantic, qui possède de nombreuses participations (Gymshark, Payfit, Back Market, Doctolib…) et est entré au capital de la marque de mode française Sézane en 2018. Parmi les actionnaires actuels de Shein, citons Tiger Global Management, IDG et Sequoia.

Ce tour de table ne s’inscrirait donc pas dans une potentielle introduction en bourse (à New York), plusieurs fois annoncée comme imminente par la presse ces derniers mois, puis démentie par l’entreprise. La volatilité actuelle des marchés, en raison de la guerre en Ukraine notamment, aurait entraîné la suspension de ce projet, selon Reuters.

Aux Etats-Unis, son plus grand marché à ce jour, Shein a opéré une vraie percée et est devenu dans ce pays l’acteur numéro un de la fast-fashion en termes de parts de marché, soit 28% à l’été 2021, contre 20% pour H&M et 11% pour Zara (selon les données de Earnest).

Fondée en 2008 par Chris Xu dans la région du Nanjing, la plateforme de fast-fashion mise sur des prix bas, une production 100% chinoise et une logistique bien rodée (vers plus de 200 pays), ainsi qu’une communication hyper ciblée envers les adolescents et jeunes adultes. Profitant de l’essor des ventes en ligne durant la crise, ses revenus de l’année 2021 se sont élevés à 100 milliards de yuans (14 milliards d’euros). Soit une croissance folle de 57% en un an.

L’ascension du site chinois n’est pas sans éveiller les critiques. En novembre dernier, l’ONG Public Eye a révélé les coulisses peu reluisantes de la marque, qui fait appel à des centaines de petites structures pour confectionner ses vêtements, où les ouvriers travaillent parfois plus de 75 heures dans des locaux mal sécurisés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com