×
Par
Reuters
Publié le
15 nov. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'inflation baissera plus lentement que prévu, déclare Lagarde

Par
Reuters
Publié le
15 nov. 2021

La flambée des prix de l'énergie et les goulets d'étranglement persistants dans les chaînes d'approvisionnement freinent la croissance de la zone euro et devraient maintenir l'inflation à un niveau élevé plus longtemps que prévu, a déclaré lundi la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde.


Reuters


Alors que la BCE estime que la hausse des prix est due à des facteurs temporaires, de nombreux membres du Conseil des gouverneurs admettent désormais ouvertement que leurs prévisions, revues à la hausse à plusieurs reprises, restent encore trop faibles.

Christine Lagarde a cependant continué à repousser les anticipations du marché sur un resserrement de la politique monétaire, réaffirmant que les conditions préalables à une hausse des taux ne seront probablement pas réunies l'année prochaine.

"Les pénuries de matériaux, d'équipements et de main-d'œuvre pèsent sur la production manufacturière, fragilisant les perspectives à court terme", a dit Christine Lagarde lors d'une audition par la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen.

L'indice des prix à la consommation a augmenté en octobre à 4,1% sur un an et pourrait approcher 4,5% d'ici la fin de l'année avant un lent déclin qui ne le ramènera sous l'objectif de 2% de la BCE que vers la fin de 2022, selon des économistes.

"Nous voyons toujours l'inflation refluer au cours de l'année prochaine mais la baisse prendra plus de temps que prévu initialement", a ajouté Christine Lagarde.

La banque centrale prévoit que l'inflation moyenne repassera sous 2% en 2022 alors que la Commission européenne la donne à 2,2%.

Christine Lagarde a ajouté que l'inflation pourrait se répercuter sur les salaires mais elle a répété que la BCE ne voyait toujours pas d'effets de second tour sur ce plan.

"Nous pensons que la croissance des salaires l'année prochaine pourrait augmenter un peu plus que cette année mais le risque d'effets de second tour reste limité", a-t-elle déclaré.


Reportage Balazs Koranyi, version française Laetitia Volga, édité par Bertrand Boucey et Blandine Hénault
 

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.