×
Publié le
6 déc. 2022
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La filière cuir résiliente face aux fluctuations de coûts

Publié le
6 déc. 2022

Tandis que l’import/export des matières et produits de la filière française du cuir se porte bien, le prix des peaux subit depuis le début de l'année des hausses de prix pour l'heure limitée à celui des veaux. Si la maroquinerie affiche des niveaux supérieurs à ceux de 2019, la chaussure voit sa production chuter plus rapidement que son chiffre d’affaires, du fait de l’inflation. FashionNetwork.com fait le point sur les derniers chiffres du Conseil National du Cuir (CNC).


CNC


Le prix des peaux de veaux aurait connu en France une hausse de 13% depuis le début de l'année. Niveau similaire à celui constaté en Italie, tandis que la progression est de 15 % aux Pays-Bas. A contrario, les fluctuations touchent de façon plus dispersée les peaux de vache. La France connait une contraction de 3%, là où l'Espagne affiche une hausse de 28% et les Pays-Bas -5%. Tandis que des chutes sont constatées au Danemark (-8%), Allemagne (-11%) et États-Unis (-18%).

Du côté de la Fédération française des cuirs et peaux (CCFP), la déléguée générale Lénaïg Manéat explique ces évolutions par la combinaison d'une baisse de production des peaux et d'une augmentation des prix. Pour la fédération, si la demande de maroquinerie est pour l'heure forte, elle pourrait à court terme se calmer. Quant aux peaux d'ovin, les hausses constatées partout (dont +4% en Espagne) seraient liées à un rattrapage après la chute des prix liée à la pandémie.

Ces hausses de prix de matières font ressentir ses effets jusqu'au distributeurs finaux. L'enquête menée auprès des adhérents de la Fédération Nationale des Détaillants en Maroquinerie et Voyage (FNDMV) montre que 50% indiquaient souffrir fortement au troisième trimestre en conséquence des hausses de prix de matières, auxquels s'ajoutent 47% en souffrant “faiblement”. Par comparaison, ils ne sont que 20% à avoir été fortement impactés par la hausse du prix des carburants. En revanche, ils l'ont été à 41% par les coûts croissants de l'énergie.

Selon les projections du CNC, les chiffres d'affaires de la tannerie-mégisserie devraient cette année s'établir 9% en dessous des niveaux références de 2019. Le secteur avait connu une chute de 24% en 2020, avant un rattrapage de 12% l'année suivante, à 384 millions d'euros. Le secteur garde un œil sur la consommation de viande des Français, dont les peaux ne sont qu'une activité annexe. En cinq ans, le nombre d'abattages aurait chuté de 5%. Sur la seule année 2022, les abattages de veaux auraient chuté de façon accélérée, à 10%. Or, la France étant le 1er producteur mondial de peaux de veaux, le recul de la consommation de viande amène donc de nombreuses questions.

Maroquinerie, chaussure, ganterie…



Les fabricants de maroquinerie devraient afficher cette année un chiffre d'affaires supérieur de 27% aux niveaux de 2019. Le secteur affichait l'an passé une progression de 25% à 4,2 milliards d'euros, soit 10% de plus qu'avant crise. Plus spécifiquement, les fabricants de sac à main devraient afficher sur l'année des niveaux de production 9% supérieurs à ceux de 2019.

"Pendant les huit premiers mois de 2022, les ventes de sacs à main français ont augmenté de 13% en valeur, soit moins que la production (+22% par rapport à 2021) de sacs à main et un peu moins que l'ensemble du chiffre d'affaires du secteur maroquinerie (+15%)" indique le rapport du CNC. "Un phénomène qui pourrait s'expliquer par la baisse de 7% du prix moyen en sortie d'usine des sacs à main pendant cette période.


CNC



La production française de chaussures devrait, elle, se situer cette année à 19% sous les niveaux de 2019, tandis que le chiffre d’affaires sera de 7% inférieur aux niveaux d’avant crise. Le secteur affichait 590 millions d'euros en 2021, mais aurait connu sur les huit premiers mois de 2022 une progression de 12% en chiffre d'affaires, bien que les productions n'aient progressé que de 5% par rapport à la même période en 2021. L'inflation expliquerait en partie cet écart notable. L’autre explication repose sur le meilleur comportement des chaussures de plus forte valeur.

Ces hausses de chiffre d'affaires profiteraient aux chaussures et bottes en cuir (+14%), devant les pièces à dessus synthétiques (+11 ), mais surtout aux chaussures de sport (+57%). A contrario, la production d’articles à dessus textile a chuté de 16% sur la période, après il est vrai une très bonne année 2021 (+12%).

Le secteur de la ganterie fait pour sa part preuve de résilience, avec des niveaux stables en 2020 et 2021. La production aurait légèrement baissé sur les trois premiers trimestres 2022. Mais la Fédération Française de la Ganterie compte sur un rattrapage sur la fin d'année. Mais, plus que de l'inflation, c'est d'un manque de professionnels qualifiés dont le secteur se dit principalement victime.

Une hausse de l'import/export en 2022



"Sur les huit premiers mois de 2022 les chiffres à l'export de la filière cuir sont tous positifs", se félicite le CNC. Qui fait état d'une progression de 21% des exportations globales. Hausse qui concerne à des niveaux divers les cuirs et peaux bruts (+8%) et la tannerie-mégisserie (+17%). Et, côté produits finis, la chaussure (+21%), la ganterie (+14%) et la maroquinerie (+29%). Les exportations de sacs à main (toutes matières) auraient progressé de 14% en volume et 36% en valeur, pour un prix moyen à l'export en hausse de 20%.

Dans le sens inverse, les importations de sacs à main se sont gonflées de 36% en volume et de 32% en valeur. Les importations de chaussures ont quant à elles progressé de 15% en volume et 21% en valeur.


CNC



Du côté des clients du cuir français, la Chine reste incontournable. La France est maintenant le troisième fournisseur de l'Empire du Milieu après Vietnam et Italie, avec 2,5 milliards d'euros de marchandise. Une hausse de 162% sur un an. La maroquinerie représente désormais, pour le cuir tricolore, 91% des exportations vers la Chine. Le second plus gros client de l'Hexagone sont les États-Unis, avec 1,77 milliard d'euros en 2021 (+40%). Les USA captent 17% des exportations de maroquinerie française.

Confronté durant la pandémie à l'annulation des salons internationaux dédiés aux peaux, la filière française du cuir avait lancé à l'été 2021 sa plateforme BtoB French Leather Marketplace. Celle-ci affichait sur les dix premiers mois de l'année près de 14.000 visites, et compterait 292 commanditaires situés aux États-Unis, Pays-bas et Royaume-Uni, ainsi qu'en Chine et en Allemagne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com