×
Publié le
19 avr. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le dossier Sézane circule chez les investisseurs

Publié le
19 avr. 2022

Dans les capitales de la mode, les investisseurs ne savent plus quels profils d'entreprises à acquérir regarder. Ces derniers mois, les dossiers d'Isabel Marant, dont le montant de cession dépasserait le milliard d'euros selon certains médias, ou de Furla, dont la famille Furlanetto serait prête à céder à minima une partie du capital, circulent sur les bureaux des spécialistes des fonds et des grands groupes de mode et de luxe. Mais le nom d'une flamboyante DNVB française revient également de plus en plus régulièrement dans l'univers des cessions et acquisitions.


L'Appartement Sézane au coeur de Paris - DR



D'après les informations de FashionNetwork.com, JP Morgan Chase & Co a été mandaté pour proposer Sézane aux acquéreurs potentiels. Selon plusieurs sources consultées par nos soins, le dossier serait regardé par différents profils d'investisseurs. "En début d'année, il y avait des montants très élevés de capitaux disponibles. Cela augurait beaucoup de mouvements sur le front des cessions-acquisitions et logiquement de nombreux dossiers circulent. Sézane fait partie de ceux-ci tout comme Isabel Marant. La société dispose en plus d'une belle rentabilité", explique un observateur du secteur de la mode.

"Ce dossier est en effet en train de circuler, confirme un acteur du capital-investissement. On parle déjà d'une belle valorisation qui va attirer des acteurs avec des moyens importants".

Fondée en 2013 par Morgane Sézalory et Thibault Lougnon, rapidement rejoints par Corentin Petit (qui est depuis sorti de la marque), Sézane est la succes-story française du modèle DNVB, ces marques nées dans le digital qui ont su développer leur activité à partir de leur communauté en ligne. Un modèle que les fondateurs ont su mettre sur pied sur le marché français... attirant rapidement des investisseurs. Cela a d'abord été le fonds américain Summit Partners en 2015, qui a pris une participation minoritaire estimée à une vingtaine de pourcents. Le géant du capital-investissement General Atlantic a repris en 2018 cette participation et, selon certains médias, possèderait 45% du capital de l'entreprise basé à Paris. Les représentants de General Atlantic, Gabriel Caillaux et Melis Kahya, basés à Londres siègent depuis au conseil d'administration de l'entreprise.


Morgane Sézalory - DR



Née en ligne, Sézane, et son pendant masculin Octobre créé en 2016, sont à présent actifs via leurs sites e-commerce mais aussi leurs points de vente physiques.

Le label féminin a, avec son positionnement atypique en termes de prix et de proposition stylistique, pris d'importantes parts de marché dans le prêt-à-porter féminin. Si bien que certaines études ont placé le label de mode parmi les plus appréciés en France.

Sézane compte douze points de vente physiques, avec ses "appartements" à Paris, Aix-en-Provence, Lille, Bordeaux, New York, Londres et Madrid, mais opère aussi des "Tours" avec des boutiques éphémères dans des villes en France, en Europe et aux Etats-Unis pour tester son potentiel dans des cités où ses performances en ligne sont satisfaisantes. Octobre a lui une boutique et un espace au Bon Marché à Paris et des espaces au sein de magasins Sézane des VIIe et XVIIe arrondissements de la capitale française.


Intérieur de l'appartement Sézane - DR



Le rythme de croissance de la société laisse entrevoir un chiffre d'affaires de l'ordre de 130 millions d'euros en 2021, mais la direction ne communique pas ses résultats financiers depuis plusieurs années. Pour autant la plupart des observateurs relève qu'avec son modèle orienté d'abord sur la vente en ligne (encore autour de 90% de ses ventes), la société génère des marges intéressantes... et enviées par de nombreux acteurs du secteur. Une rentabilité, mais aussi une approche revendiquée comme écoresponsable avec une démarche B-Corp engagée, qui en fait une pépite qui serait très bien valorisée dans un secteur du prêt-à-porter qui, même s'il peut paraître moins dynamique, continue d'attirer les investisseurs.

Selon plusieurs sources, la moyenne sur les accords concernant les entreprises du secteur serait de l'ordre de 10 à 12 fois l'Ebitda des sociétés. Le profil de Sézane, dont l'Ebitda n'est pas connu, pourrait lui garantir un multiple encore plus élevé. FashionNetwork.com a contacté General Atlantic et la direction de Sézane, mais n'a pas reçu de réponse à ses questions pour l'heure.

Les modalités de l'opération souhaitée (une cession complète ou l'arrivée d'un nouvel actionnaire) tout comme le montant de la valorisation de la société restent encore flous. Mais, alors que le marché des M&A s'est de nouveau tendu depuis le début de la guerre en Ukraine, reste à voir quels seront les candidats à une reprise. Parmi ceux-ci L Catterton, lié au magnat français Bernard Arnault, très actifs ces derniers mois, vient bien entendu à l'esprit, lui qui a notamment pris une participation majoritaire dans la marque danoise Ganni ou une part minoritaire chez l'américain Everlane, l'un des modèles de Sézane.



 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com