×
Publié le
3 juin 2008
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Pdg de Shiseido International France décoré par l'Hexagone

Publié le
3 juin 2008

En croissance constante depuis leur création, les sites de production – des parfums et/ou soins Shiseido, Serge Lutens, Jean-Paul Gaultier et Narcisco Rodriguez – étaient en pleine effervescence le 30 mai dernier. Et tout spécialement celui d'Orme. Daniel Guillermin, Pdg de la filiale et vice-président de la Cosmetic Valley, s’est en effet vu remettre l’insigne de Chevalier dans l’ordre des Palmes Académiques.


De gauche à droite : Ali Bencheneb, recteur de l'Académie d'Orléans-Tours, Daniel Guillermin et Mme Guillermin - Photo : Julie Mangaud

La cérémonie permet d’honorer cet homme d’exception, mais également de mettre en lumière les initiatives et le dynamisme du lieu. Notamment en faveur de l’insertion des jeunes dans le monde du travail avec la mise en place de contrats de formation, de visites, de conférences ou encore de stages.

Emu, Daniel Guillermin n’a pas manqué de remercier « tous ceux qui ont participé à l’éducation (des) jeunes, (ses) parents pour (lui) avoir inculqué la ténacité, la valeur de travail et le respect de la nature et (sa) femme pour sa patience et son soutien […]. Le groupe pour sa confiance ainsi que (ses) collaborateurs et (son) comité de direction qui partagent ces mêmes valeurs et ces mêmes engagements ».

Des valeurs qui placent le pragmatisme, la créativité, la communication et l’humanité en tête de liste. Depuis l’arrivée de Daniel Guillermin en 1993, le cocktail fait recette. Et pour preuve, Shiseido International France a connu une croissance sans faille et ce, surtout depuis 2003/2004. La filiale représentait 9 % du chiffre d’affaires du groupe. Aujourd’hui, on parle de 36 %. « L’objectif est de dépasser les 40 % et d’en réaliser 50 % à l’international », explique Daniel Guillermin, qui précise que « la Chine bénéficie des plus belles progressions ces temps-ci ».


Le site de production de l'Ormes - Photo : Julie Mangaud

Il y a quatre ans, cette dernière (+ 30 % de croissance annuelle) a obtenu son indépendance et est devenue une entité à part entière aux côtés de l’Europe, du continent américain et du sud-est asiatique notamment. Autre lieu de prédilection : « l’Europe qui continue de progresser ». Sans oublier l’Asie du Sud-Est où « la croissance n’est pas encore là mais elle viendra. D’ailleurs, une usine de production va voir le jour à la fin de l'année au Vietnam ainsi qu'une entité Shiseido Vietnam », rappelle-t-il.

Le site de Gien, érigé au début des années 90, ne fabriquait auparavant que des parfums (les soins étaient gérés par les Etats-Unis). Ce n’est qu’en 2002 que Shiseido International France s’est mis à réaliser des soins, soit trois ans après la construction de la deuxième usine à Ormes. Usine imaginée par Daniel Guillermin, ancien responsable engineering, qui avait rejoint le groupe six ans plus tôt.

Les équipes des deux usines (25 millions d’unités par an hors échantillons sur 33 000 mètres carrés) se composent de 590 personnes à l’heure actuelle. Ce chiffre, qui comprend uniquement les salariés fixes, ne tardera pas à atteindre 600. Une preuve de plus de la bonne santé de la maison mais aussi une promesse d'un avenir encore et toujours plus ensoleillé pour ce géant japonais de la beauté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com