Maison Margiela : John Galliano toujours à l’affût de la nouveauté

Placée sous le signe de la déconstruction, la première collection homme entièrement créée par John Galliano pour Maison Margiela depuis l’arrivée du couturier britannique au sein de la maison en 2014 a fait une entrée remarquée.


Maison Margiela - Automne-hiver 2018 - Collection homme - Paris - © PixelFormula

Après avoir déserté les podiums pendant deux ans, la marque a fait son retour lors de la Fashion Week parisienne avec « la première collection créée exclusivement sous la direction de John (Galliano) », selon son PDG, Riccardo Bellini.
 
En termes de silhouettes, un éblouissant costume long en soie bleue évoquant une langueur matinale nonchalante répond parfaitement à une série de vestes rayées aux impressionnantes épaules. Mais les plus beaux moments ont été sans conteste ceux des redingotes de courtisans mêlées à des trenchs aux volumes imposants et enveloppants.
 
John Galliano s’est aussi fendu d’un nouveau sac pour homme, une douce forme évoquant celle d’un oreiller, en cuir matelassé. Il ne s’est pas non plus privé de jouer avec la fameuse bottine biongulée de la maison, qui ancre une silhouette de playboy moderne et élégant de la haute société, en pantalon de ski blanc porté avec un justaucorps en laine côtelée.


Maison Margiela - Automne-hiver 2018 - Collection homme - Paris - © PixelFormula

Le créateur britannique a également joué sur des concepts phare de Margiela comme la veste en jean peinte si chère à son prédécesseur belge ou la mode conceptuelle. À retenir, des sandales à crampons de ski remarquables que l’on retrouvera sans doute dans d’innombrables shootings.
 
« J’appellerais ça John Galliano pour Martin Margiela. Parce qu’il y avait énormément de références au travail de Martin à mes yeux », a déclaré Renzo Rosso, le fondateur de Diesel et président d’Only The Brave, la société de holding qui contrôle Margiela.
 
La ligne homme reste une valeur sûre pour la maison, distribuée dans 300 boutiques dans le monde entier (380 pour la femme).

Cependant, John Galliano a à nouveau refusé de venir saluer. Il n’a plus jamais voulu se prêter à l’exercice depuis son départ de Christian Dior en 2011 suite à la diffusion d'une vidéo de lui ivre et insultant, causant son éviction de la marque. Cette image d’un créateur toujours soumis à une certaine lutte intérieure était persistante à la sortie du défilé, malgré un exercice de style particulièrement réussi et présenté au musée des Invalides, en partie dédié aux héros de guerre tombés au combat, sur une bande-son brillante composée d’une version symphonique d’un grand classique de la pop au titre évocateur : « Please Release Me and Set Me Free ».

Traduit par Clémentine Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER